Boutures de bois sec, comment faire ?

L’hiver est la saison des tailles, notamment des arbustes à fleurs caducs à floraison d’été comme le rosier, le buddleia, le lagerstroemia… mais aussi les petits fruits comme les groseilliers et cassissiers.

Profitons de cette taille pour récupérer les rameaux et faire des boutures dites de « bois secs ».

La règle générale (attention aux généralités qui engendrent les exceptions…) est de mettre deux yeux en terre et un en l’air. Quand on parle des yeux, comprenez les bourgeons à bois. Quand on dit un œil, comprenez deux yeux si ceux-là sont opposés. C’est plus facile à comprendre quand les yeux sont alternes. Ça va, vous suivez ?

Donc, on prend un rameau de l’année ; comprenez un rameau qui a poussé l’an dernier, donc de moins d’un an, donc de l’année… ( le vocabulaire horticole possède quelques subtilités…)

Ce rameau est coupé en biseau à sa base, juste en dessous d’un œil (ou de deux yeux si ceux-là sont cote à cote)

Le même rameau est coupé droit au-dessus du troisième œil. La différence de coupe, en biseau ou droite, c’est pour différencier la base, du haut de la bouture. Ce sera important lors de la mise en terre.

On fait donc plusieurs boutures de la même plante. On réalise un petit fagot. On attache le tout avec une étiquette pour se rappeler de quel arbuste il s’agit. Vous aviez compris qu’il fallait mettre les boutures dans le même sens, la coupe de biais, en bas.

Il ne reste plus qu’a enterrer le fagot, jusqu’à la base des yeux du dessus. C’est-à-dire que le fagot est enterré au trois quart. Choisir un endroit à l’ombre et où il sera facile de les arroser lors de l’été prochain. Et oui, le fagot restera en place un an. En automne prochain, les boutures seront déterrées, séparées les unes des autres et remises en terre en pépinière ou directement en place.

Multiplication gratuite et efficace.

Boutures de bois sec coupées sous un noeud

Boutures de bois sec coupées sous un noeud