Alors, si je résume : une tondeuse, une tronçonneuse, une débroussailleuse à dos, une brouette, une quinzaine d’outils à manche parfois sans manche – tiens j’ai du boulot de réparation – quelques bidons pour la fabrication du purin, les sachets de graine et tout ce que j’oublie d’énumérer… il me faut le grand ! Le 15 m². Et si je me débrouille bien, je devrais pouvoir installer mon hamac. Genre la sieste à l’abri en refermant les portes.

J’ai trouvé un abri bois de pin façon chalet, j’ai déjà la place, près du vieux chêne. Le pin et le chêne, ça va bien ensemble !

Maintenant, les abris métalliques, c’est pas mal non plus. Il y a un abri couleur bois, de 13 m², 2,10 m au faîtage – idéal pour ranger l’échelle – en métal galvanisé (donc sans entretien !). En fait, il y a toutes les tailles pour tous les usages, et usagers. Le plus dur est de choisir.

Je dois vous avouer que j’ai un faible pour les bancs, allez savoir pourquoi, j’en parlerai à mon psy. Quand j’en aurai un. Et sur un hectare de jardin, il y a de quoi en mettre. Plutôt que de venir avec une bouteille de vin, offrez-moi un banc… En attendant j’en ai trouvé un qui aura l’honneur d’accueillir mon séant. Incurvé comme il faut pour être assis pendant des heures à contempler.

banc blanc

Il n’est pas mimi mon banc blanc. Et il servira, puisque les outils seront rangés dans l’abri métallique ou bois. D’ailleurs moi aussi je bois, une petite orangeade bien fraîche sur mon banc à contempler mon abri…A moins que je sois à l’abri à contempler mon banc. Bon, je verrais.