cloque du pécher

La revoici, notre cloque du pêcher, avec ses marbrures rouges. C’est assez décoratif, mais bon! Ceci montre deux choses au choix : soit vous avez oublié de faire les traitements adéquats à la chute des feuilles et au stade pré-débourrement, soit vous avez une variété bien sensible. Dans les deux cas, plus grand chose à faire, sinon d’enlever les feuilles abîmées et de les brûler.  Les traitements de bouillie bordelaise s’avéreront inutiles maintenant que la maladie est déclarée.

Des résultats intéressants sont obtenus par pulvérisations de purin de prêles, afin de limiter les dégâts. Ce même purin est employé pour les maladies du poirier dont les feuilles ne supportent pas le cuivre de la bouillie bordelaise.

Il semblerait – des études sérieuses sont actuellement menées par l’INRA sur la vigne il me semble – que l’eau très légèrement  sucrée (10 gr pour 100 litres d’eau) aurait aussi une action fongicide. Si vous avez des informations sur le sujet, des résultats d’expériences, n’hésitez pas à laisser des commentaires sur ce blog.  Quant au pêcher, notez sur votre agenda : ” en octobre et novembre, traiter les pêchers ”

cloque du pêcher