J’ai testé pour vous le Zamioculcas zamiifolia dit Zaza

D’où viens-tu ?

Ce nom vient de la fusion de deux autres noms de genre botanique, Zamia et Colocasia.

C’est une plante originaire de Tanzanie et de l’archipel de Zanzibar. La Tanzanie est en Afrique de l’Est, dans l’hémisphère sud, et l’archipel de Zanzibar, dans l’océan indien fait face à ses côtes.

A quoi tu ressembles ?

Zamioculcas zamiifolia, de la famille des Aracées, est un nom un peu compliqué pour une plante très simple. Pas de nom français pour elle. Mais on pourrait l’appeler Zaza, je lance l’idée. Elle ressemble à une plante verte (ouaf ! elle est bonne celle-là !) mais très docile. Explications.

Zamioculcas zamiifolia dit Zaza donc, est une plante aux feuilles coriaces, épaisses et luisantes, avec un port original, structural, qui se marie très bien avec un intérieur moderne. C’est d’ailleurs toute la plante qui répond aux exigences de la modernité : sa robustesse, sa facilité d’entretien, sa résistance aux parasites et au manque de lumière. La plante idéale pour ceux qui n’ont pas la main verte, par manque de temps et/ou de connaissances, mais qui ne sont pas insensibles à ce qu’apporte une plante verte, un bout de nature dans un intérieur.

Zamioculcas zamiifolia

Zamioculcas zamiifolia

Le test

Ce test m’a été proposé par l‘enseigne de jardinerie Botanic, afin des vérifier les qualités supposées de la plante en termes de résistance au manque de lumière et à un arrosage, disons…épisodique.

J’ai rempoté de suite Zaza, avec un terreau spécial plante verte au mois de septembre. Je l’ai mis en plein soleil à coté d’un Schefflera à qui j’ai fait subir les mêmes conditions tout au long du test, à savoir rempotage, exposition, arrosage…

Le Zamioculcas n’a que très modérément supporté la plaisanterie du plein soleil, moins bien que le Schefflera. Zaza a eu quelques feuilles brûlées, petites tâches brunes sur quelques feuilles, la pôvre ! Contre toute attente, Schefflera s’en est bien sorti.

Et à l’intérieur ?

A la mi octobre, les deux plantes sont rentrées à l’intérieur, les nuits devenant trop fraîches (T°< 9°C). J’ai mis Zaza et Schefflera cote à cote, ou pot à pot plutôt. Et j’ai un peu “oublié” l’arrosage. Juste un seul trempage au bout de 10 jours. Pour le Zamioculcas dit Zaza, tout se passe bien depuis 3 semaines, depuis son entré dans mon home-sweet-home. Mais, pour Schefflera, c’est l’automne ! avec une grande perte de feuilles.

Et, en allant prendre l’apéro chez mes propriétaires, j’ai vu un autre Zamioculcas, dans un petit bac à réserve d’eau avec le terreau d’origine. De plus,   Zaza Bis n’a pas vu l’ombre d’un engrais depuis son arrivée, il y a deux ans. Encore plus grave, Zaza Bis est souvent dans le noir, comprenez pièce aux volets fermés. Eh bien, il s’en tire vraiment bien. Pas de décoloration du feuillage et juste une touffe un peu lâche dû à son tempérament  plus que frugale.

Les Zaza sont costauds ! Même si, en plus de l’amour qu’on leur porte, on leur laisse un peu d’eau,  de quoi manger et un passage dans la lumière de temps en temps, les Zamioculcas zamiifolia donneront le meilleur d’eux-mêmes.

le Schefflera qui a servi au test

le Schefflera qui a servi au test

Mon beau Zaza, le Zamioculcas zamiifolia

Mon beau Zaza, le Zamioculcas zamiifolia