Bambou, comment s’en débarrasser au jardin ?

C’est une plante bien sympathique qui aime tant votre jardin qu’elle vous le montre et prend place là où il y en a, c’est-à-dire partout ! Et voilà que je te drageonne d’un côté, de l’autre. Je vais voir les copines pour faire connaissance, quitte à leur piquer la lumière, l’eau, enfin tout ce qu’il faut à mon développement. Intrusif ? envahissant ? oui bon, mais c’est comme ça, le bambou, une fois installé montre qu’il est bien…installé !

Bambou, un peu envahissant…

Si vous n’avez pas pris garde à mettre en place une barrière anti-rhizome pour le contenir, la petite graminée exotique va coloniser l’espace. Ses rhizomes, de puissantes tiges souterraines foreuses s’invitent là où l’on ne les appelle pas. Vous aurez compris que le bambou est féroce, entreprenant et très égocentrique ; je suis le meilleur, le plus beau et je le montre !

Donc, admettons que vous décidez de supprimer les bambous de votre jardin que l’ancien propriétaire (pas vous, évidement !) a mis en place sans barrière de protection anti-rhizome. Comment procéder ?

Comment procéder ?

Une taille sévère, c’est-à-dire à ras de terre s’impose.

Pour couper les bambous vous oubliez le taille-haie, la tronçonneuse ainsi que la débroussailleuse à dos. La scie ne fonctionne pas non plus. Le meilleur outil reste le sécateur ébrancheur, appelé aussi sécateur de force, parce qu’il a de longues poignées et vous évite de…forcer. Enfin un peu quand même. Ne prenez pas non plus un sécateur de force à enclume. Cet outil écrase la tige sur une pièce de métal large et dans le cas du bambou, le chaume (c’est comme cela qu’on appelle la tige du bambou, puisque c’est une graminée) ne se sectionne pas. Il faut vraiment une lame qui vient frotter sur une contre-lame, comme le fait un sécateur.

Attention de ne pas couper les cailloux avec, la lame du sécateur n’aime pas avoir des dents. C’est un ciseau, pas une scie.

Sécateur ébrancheur, La meilleure arme contre le bambou envahisseur

Faire des baguettes

Vous couperez ensuite les petites pousses secondaires tout au long du chaume pour avoir de belles baquettes qui serviront au potager comme tuteurs à tomates ou pour tout autre usage, support ou décoration.

Section des branches latérales au sécateur

Veillez à mettre les chaumes tous dans le même sens afin de pouvoir les transporter facilement.

Chaumes entreposés dans le même sens

Il n’est pas conseillé de mettre les petites pousses latérales au compost, le bambou est très long à se transformer. Mais les feuilles sèches que vous trouverez au centre de la touffe de bambou peuvent, elles, rejoindre l’aire de compostage.

Et la souche ?

Vous avez tout coupé, trié les chaumes que vous gardez, évacué le compostable, il reste à supprimer les rhizomes. Et là, vous vous rendez compte que vous avez déjà fait le plus facile…

Le moyen le plus simple de venir à bout de la souche est de couper tout ce qui dépasse au fur et à mesure que les nouveaux chaumes sortent. Les pousses sont tendres et le sécateur ou la cisaille à haie sont vos amies. La suppression des chaumes enlève à la plante la faculté de photosynthèse, elle s’épuise naturellement.

Plus dur physiquement, la pioche ! afin d’arracher ce qui veux bien venir. Efficace, mais vos vertèbres s’en rappelleront.

Enfin la chimie. Oubliez le désherbant à base de glyphosate, parce que c’est interdit et de plus pas très efficace. Oubliez l’acide chlorhydrique, le gros sel, le débroussaillant de l‘agriculteur du coin (qui est aussi interdit dans les jardins !), au risque de polluer et de détruire d’autres plantes et animaux. En fait, oubliez la chimie.

Pour parfaire vos connaissances sur le bambou, un excellent article où sont donnés des conseils sur les plantations en jardinières et les bambous dits “Cespiteux