L’automne, c’est le moment des plantations et certains végétaux caducs sont proposés sur le marché en “racines nues” c’est-à-dire sans terre autour, en opposition au conteneur. L’un des avantages de la “racine nue”, c’est le prix bien moindre par rapport au même volume de plante en conteneur. En revanche le choix est restreint et la période de présence sur le marché reste courte. Comment favoriser la reprise ? avec le pralinage des racines nues.

Comment faire un pralinage des racines nues ?

Si vous avez choisi un arbre ou arbuste en racines nues, il est conseillé de faire un pralinage, c’est-à-dire de recouvrir les racines avec une boue, faite avec de la terre argileuse et de la bouse de vache. N’ayant pas de bovins dans mon quartier, j’ai mis dans une brouette deux pelletés de fumier de mouton et autant de terre. Après  ajout d’eau de pluie, on “boulègue” comme on dit en occitan, on remue ! Si vous avez un “pays” dans le coin, il vous lancera un “Oh boulègue, collègue !”

racine nueracine nue 2racine nue 3

Couper l’extrémité des racines et les enduire

Après avoir obtenu une bouillie “moligasse” (molle, une bouillie quoi…) on enduit les racines avec, non sans avoir coupé l’extrémité des racines pour obtenir une coupe franche et nette favorisant la cicatrisation. Encore faut-il avoir un sécateur qui coupe… Ensuite on laisse sécher et on plante.

pralinagepralinage des racines nues

L’avantage de la chose est d’une part, que les racines ne sèchent pas, et d’autre part, la présence de “fumier” favorisant l’émission de nouvelles racines. Je rappelle que c’est un mélange de terre et de fumier et non pas du fumier frais directement sur les racines, ce qui serait sacrément néfaste.

Les jardineries proposent un pralin prêt à l’emploi; ça sent moins mauvais mais c’est plus cher. On procède de la même façon sauf indications contraires sur l’emballage.

Reste à faire le trou…

Mes explications en vidéo