Octobre, et la plantation de l’ail en zones tempérées.

Dans le midi, on plante l’ail en automne. Il suffit de faire attention aux stagnations d’eau qui les feraient pourrir. L’astuce est de planter les bulbilles sur des monticules d’une dizaine de cm (billon) et d’enfoncer l’ail de 3 cm maxi. Evidemment l’ail préfère les sols sableux et sans fumure azotée récente ; oubliez l’apport de fumier à la plantation.

L’ail d’Orient (allium ampeloprasum = poireau des vignes) donne des caïeux plus gros que l’ail ordinaire (allium sativum = ail provenant de semis). Son gout serait plus prononcé et serait à l’origine de séparation nocturne des couples (autrement dit, dormir à « l’hôtel du cul tourné » pour les adeptes de l’ail cru au souper. On vous aura prévenu.)

Autre ail ayant les mêmes vertus, le Rocambole. Rien à voir avec le feuilleton télévisé des années 60 dont la 3eme saison s’intitulait la belle jardinière, (oui c’est bien vrai !) l’ail rocambole (allium sativum var. Ophioscorodon = ail serpent ?) a un gout plus doux que l’ail commun (donc voir plus haut…) et présente des bulbilles comestibles au sommet de sa tige.

Quel que soit l’ail choisi, ce condiment sera une source de plaisir ; Il se consomme cru, cuit, caïeux et feuilles, voire bulbilles. C’est un bactéricide, un vermifuge, ça empêche les insolations… Les variétés à tunique blanche sont destinées à la conservation, les tuniques rouges pour une consommation en frais, (les Tuniques Bleues restant à la BDthèque)

L’ail se plante en lune décroissante et loin des fabacées (légumineuses) que sont les pois, fèves et haricots. L’ail fusille les bactéries contenues dans les racines des légumineuses, et ces dernières apportent de l’azote à l’ail qui n’en veut pas plus que ça. Incompatibilité d’humeur, n’insistez pas. Et ce qui est valable pour l’ail, l’est pour tous les allium : oignon, échalote, ciboule, ciboulette, poireau, et ail décoratif.

Vous pouvez consulter un superbe article sur l’ail, écrit pas Eric BIRLOUEZ, Agronome consultant et enseignant en Histoire et Sociologie de l’Alimentation. Il y note que l’ail était peut-être le viagra du moyenne age : “ Un proverbe de l’époque affirmait en effet : « Quand un homme au lit […] ne peut aimer sa femme qu’une fois, qu’il mange ail et poireaux […] et la nuit suivante il l’aimera trois fois. » http://ericbirlouez.fr/articles/a1.html (ou alors c’est le canapé à cause de l’odeur…NDLA)

 

oignon

oignon

ail en rang...d'oignon

ail